à propos de Kt

 

P1110300

Vivre à l’aquarelle.

 

            Notre maison est dans un petit jardin, sur les hauteurs de la ville à deux pas de la forêt. J’ai installé mon atelier dans la cuisine, sur la table en bois de la cuisine face à la grande fenêtre et à la porte donnant sur le jardin. La lumière entre par là et les habitants de la maison, qui vont et qui viennent : les enfants qui vont à l’école ou, selon l’heure, en reviennent, les chats silencieux et parfois un bourdon, un peu de pluie, une abeille. J’ai voulu m’installer pour peindre au beau milieu du courant de la vie, que le geste de peindre n’en soit pas détaché, qu’il le prolonge ou le précède, qu’il se confonde avec lui. Quand je peins à l’aquarelle, je peins avec l’eau de la rivière, je ne fais que lui ajouter des couleurs vives, des formes évasives et mes rêves, surtout mes rêves. C’est ainsi que je participe  au mouvement de la vie qui m’entoure, qui parfois m’éblouit et parfois me rend triste. Je peux m’interrompre à tout moment pour vaquer à mes occupations, aller chercher tel ou tel à la gare, préparer le repas, discuter avec la voisine, nettoyer la litière des chats, répondre au téléphone. Ensuite je reprends le travail comme si de rien n’était. Je peins, je vais dans le jardin, c’est tout comme. Je fixe des moments. Je hante des lisières entre réalité et lumière, rêves et éveils, pleins d’éblouissements et de lucidité. Je fais de ma vie une bulle irisée, qui n’exclut pas la douleur, mais qui répare, qui apaise, qui glisse dessus, qui continue l’élan. Peindre est un élan réparateur. Et pour un peu s’effacerait l’ancienne douleur. Le soir quand j’ai terminé mon travail, je l’applique avec des aimants sur la porte du réfrigérateur. C’est ma galerie d’exposition. Ainsi chacun, s’il en a envie, peut voir ce que j’ai fait dans la journée et donner son avis. C’est ainsi que je vis, que je progresse dans ma vie ; en peignant, en écoutant ce qu’on me dit, en parlant avec elle, ma mère, ma petite maman qui n’est plus tout à fait là. Peindre est une allusion au réel, juste une allusion, mais qui le met en mouvement, qui l’emporte plus loin, qui ouvre des horizons pleins de gaieté et de lumière. Et jamais je ne m’arrête, je suis toujours en mouvement, je peins mes paysages comme des émotions, mes bouquets comme des explosions et si j’aime par-dessus tout peindre des portraits, c’est pour (mieux) les traverser.

                                                                                                                         Jm Sourdillon

 

 

Tilda sky

A propos de l’aquarelle dédiée à Mathilde (Tilda Sky)

Cette aquarelle démontre, s'il en était besoin, que tes tableaux (j'ai du mal à employer ce terme qui me semble renvoyer à une réalité trop lourde et ne pas bien caractériser les aquarelles) ne sont pas des reproductions mais des visions. Tes aquarelles saisissent l'essence de ce qui est, ici le mouvement. Ton regard traverse la prouesse et l'agrès sur lequel l'artiste évolue pour les rendre à ce qu'ils sont : si ce n’est un prétexte, une occasion et, pour l'agrès en particulier, une origine qu'il est donc tout naturel de deviner seulement, de voir s'effacer pour ainsi dire, laissant tout de même une trace pour que l'on sache d'où vient ou sur quoi s'appuie le mouvement, la progression, le souffle en somme qui anime le vivant. 

De la sorte, la figure de l'artiste n'est pas une stase ou une pause, mais un passage, un moment d'un infini mouvement, la vie, dont le corps souple se propose d'incarner et de révéler la grâce en quelques déploiements et métamorphoses, en quelques éclosions, comme il en est à chaque instant du vivant.  Et si c'est ainsi que nous apparaît la figure dans l'air, comme un passage, c'est aussi que l'autre artiste, l'aquarelliste que tu es, cherche moins à reproduire des formes que des gestes, moins les contours ou les aspects que la couleur et la lumière auxquelles le corps ici, des fleurs une autre fois… donnent une apparence passagère. 

Ainsi la silhouette de la circassienne, sans se confondre ou se dissoudre dans le fond du tableau, dans les mauves, cependant se résout en la couleur, se transforme en elle, comme le vivant se transforme par et dans le mouvement : l'artiste est le mauve, le bleu et le roux, elle est la flamme, elle est le souffle et la couleur - toujours la vibration. 

                                                                                                                Judith Chavanne